Qui sommes-nous ?

Notre projet pour vous avec icem7 : transmettre et partager 3 décennies d’expériences professionnelles et humaines dans le domaine de la datavisualisation et de la statistique.

Éric Mauvière

Dans mon jeune âge, comme beaucoup d’enfants, je rêvais de devenir pilote. L’ennui, c’est que j’ai porté des lunettes très tôt. Alors, j’ai fait Polytechnique. Ce qu’il y a de vraiment bien, avec cette formation, c’est la « poly » valence : la technique qui s’applique à tout.

Pour ma part, j’ai choisi de l’appliquer à la statistique. Et les statistiques, c’est formidable aussi, car cela s’applique à tous les domaines. Dans tous les domaines, il y a besoin de compter et de disposer de données pour mieux comprendre. Pendant plus de 10 ans, j’ai œuvré à l’Insee, par choix au niveau régional plutôt que national, avec un attrait particulier pour les études et la diffusion, et la rencontre d’acteurs de terrain.

Quand il est devenu évident que mener une carrière éloignait irrémédiablement de la technique, j’ai choisi de prendre mon indépendance, pour rester au service de la valorisation des données pour tous. A l’Insee, j’ai très tôt compris toute la puissance que pouvait apporter la cartographie thématique pour créer des images éloquentes à partir de tableaux de chiffres. Quand cela se conjugue avec l’avènement de l’interactivité et l’explosion du web, cela permet de donner naissance à de nouveaux outils.

C’est ainsi qu’est né Géoclip, le créateur d’observatoires géostatistiques sur le web. Cette belle aventure m’a permis d’être acteur de projets passionnants, au service de la collectivité, de devenir « chef d’entreprise » et de voyager dans de nombreux pays. Une belle équipe s’est construite, tout comme un réseau de clients fidèles. 

Le temps était venu de passer le relais pour que Géoclip continue de se déployer dans un cadre élargi. Je me recentre désormais avec plaisir sur ce qui me passionne depuis toujours : la technique, l’exploration et l’écriture, et au delà des chiffres, la sémiologie graphique qui fonde l’art de la datavisualisation. Il s’agira pour moi désormais de partager et de transmettre l’expérience accumulée au cours de ma vie professionnelle, et de contribuer plus activement à une statistique éthique.

Isabelle Coulomb

Quand j’étais petite, je ne savais pas trop ce que je voulais faire plus tard. Peut-être maîtresse d’école ? C’était l’exemple que j’avais sous les yeux tout le temps, aussi bien à l’école qu’à la maison, étant issue d’une famille comptant beaucoup d’enseignants.

Comme j’avais de bonnes notes en classe, j’ai suivi une filière scientifique. Prof de maths ? Finalement, l’aléa des concours m’a conduite à l’Insee. J’y ai trouvé de quoi satisfaire mon goût pour la pédagogie, en étant à plusieurs occasions formatrice sur différents sujets. J’y ai aussi découvert un domaine passionnant, celui de la mise en forme de l’information : concevoir de « belles » publications, de beaux outils de diffusion, dans lesquels la forme compte autant que le fond.

Mon chemin a fait quelques détours par la production de chiffres : recensement de la population, recensement de l’agriculture, ce qui m’a apporté une expérience intense dans les relations humaines. Puis, j’ai bifurqué et opté pour un congé formation me permettant d’obtenir un diplôme en infographie et techniques multimédias, pour me professionnaliser dans le domaine de la communication. Il était alors temps de rejoindre Éric, d’abord pour l’aider à mettre en forme certains projets, puis très vite pour assurer la promotion de Géoclip.

Présenter Géoclip, décrire ses fonctionnalités, expliquer son utilisation, mettre en lumière ses atouts, tout en participant aux réflexions guidant son évolution, cela m’a passionnée pendant toutes ces années : c’est un sujet sur lequel il y tellement à dire, à montrer, à expliquer ! J’ai pris beaucoup de plaisir à raconter, à écrire des histoires (les franglophones parlent désormais de « story telling » ;).

La rédaction est devenue, avec la mise en forme de l’information, la compétence que je souhaite désormais développer et valoriser. Je propose donc d’offrir mes services en rédaction communicante car publier un site internet, c’est bien, le rendre vivant et attrayant, avec plus que de jolies photos, c’est mieux !